« Le Christ, notre Pâque ! » (1 Cor 5,7)

C – Pentecôte – Vigile dominicale

>> Livret de prière, version brève : cliquer ici
>> Livret de prière avec partition polyphonique : cliquer ici


L’Esprit et l’Epouse disent ” Viens ! ”
Que vienne ta grâce ! Que ce monde passe !
Et tu seras tout en tous !

Lecture : Traité de St Irénée contre les hérésies

Quand le Seigneur donna à ses disciples le pouvoir de régénérer les hommes en Dieu, il leur dit : Allez, enseignez toutes les nations, baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.

C’est cet Esprit dont il a promis par les prophètes l’effusion dans les temps derniers, sur les serviteurs et les servantes, afin qu’ils prophétisent.

Voilà pourquoi l’Esprit est descendu dans le Fils de Dieu, devenu le fils de l’homme, pour s’habituer avec lui à habiter le genre humain, à reposer parmi les hommes, à habiter l’œuvre de Dieu, pour opérer en ces hommes la volonté du Père, et les renouveler de leur désuétude dans la nouveauté du Christ.

C’est l’Esprit, au dire de Luc, qui est descendu après l’Ascension du Seigneur sur les Apôtres à la Pentecôte, et qui a pouvoir sur tous les peuples pour les introduire à la vie et leur ouvrir la nouvelle Alliance.

C’est pourquoi, s’unissant à toutes les langues, ils chantaient une hymne à Dieu. L’Esprit ramenait à l’unité toutes les races éloignées, et offrait au Père les prémices de tous les peuples.

Voilà pourquoi aussi le Seigneur a promis de nous envoyer le Paraclet, qui nous adapte à Dieu. En effet la farine sèche ne peut sans eau devenir une seule pâte, pas davantage nous tous, ne pouvions devenir un en Jésus Christ sans l’eau qui vient du ciel. La terre aride, si elle ne reçoit pas d’eau, ne fructifie pas ; ainsi nous-mêmes, qui d’abord étions du bois sec, nous n’aurions jamais porté le fruit de la vie, sans l’eau librement donnée d’en haut. Ainsi nos corps ont reçu par l’eau du baptême l’unité qui les rend incorruptibles ; nos âmes l’ont reçue de l’Esprit. ~

L’Esprit de Dieu descendit sur le Seigneur, Esprit de sagesse et d’intelligence, Esprit de conseil et de force, Esprit de science et de piété, Esprit de crainte de Dieu. À son tour le Seigneur l’a donné à l’Église, en envoyant des cieux le Paraclet sur toute la terre, là où le diable fut abattu comme la foudre, dit le Seigneur.

Ainsi cette rosée de Dieu nous est bien nécessaire pour n’être point consumés ni rendus stériles, et pour que là où nous avons l’accusateur, là nous ayons le Défenseur : car le Seigneur a confié à l’Esprit Saint l’homme qui est sien, cet homme qui était tombé aux mains des brigands. Il en a eu pitié et a pansé ses blessures, lui donnant deux pièces à l’effigie du Roi, pour qu’ayant reçu par l’Esprit l’image et le sceau du Père et du Fils, nous fassions fructifier la pièce qu’il nous a confiée, et la rendions multipliée au Seigneur.

L’Esprit et l’Epouse disent ” Viens ! ”
Que vienne ta grâce ! Que ce monde passe !
Et tu seras tout en tous !

Oraison

Celui ou celle qui guide dit :

Nous t’en prions, Dieu tout-puissant,
Que brille sur nous la splendeur de ta gloire ;
Que le Christ, lumière de ta lumière,
Affermisse le cœur de ceux que tu as fait renaître par ta grâce en leur donnant à profusion la lumière du Saint-Esprit.
Par Jésus-Christ ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles.
R/. Amen

Hymne lucernaire

1.Venant au coucher du soleil / contemplant la lumière du soir
Nous chantons le Père et le Fils / et le Saint-Esprit de Dieu.

2.Digne es-tu en tout temps d’être loué / par de saintes voix
Fils de Dieu qui donna la vie / et le monde te glorifie.

3.Nous te chantons Ressuscité / Toi qui surgis des ténèbres du tombeau
Etoile du matin qui devance l’aurore / dont l’éclat resplendit jusqu’au monde nouveau.

5.Fais descendre sur nous l’Esprit/ En qui nous invoquons le Père:/
qu’Il soit la rosée de notre âme/ et la comble de ses présents de Roi !

6.Marqués du sceau de Dieu/ par l’Esprit de la promesse :
nous sommes enracinés dans le Christ par la foi/ à la louange de gloire de sa grâce.

9. Que ma prière vers Toi, Seigneur / s’éve comme l’encens
Et mes mains devant Toi / comme l’offrande du soir.

Psaume 103-I

Tout à coup, éclata dans le ciel un grand bruit, plus violent que l’ouragan.
Ils furent remplis du Saint-Esprit, alléluia, alléluia !

Bénis le Seigneur, ô mon âme ;
Seigneur mon Dieu, tu es si grand !
Revêtu de magnificence,
tu as pour manteau la lumière !

Comme une tenture, tu déploies les cieux,
tu élèves dans leurs eaux tes demeures ;
des nuées, tu te fais un char,
tu t’avances sur les ailes du vent ;
tu prends les vents pour messagers,
pour serviteurs, les flammes des éclairs.

Tu as donné son assise à la terre :
qu’elle reste inébranlable au cours des temps.

Tu l’as vêtue de l’abîme des mers :
les eaux couvraient même les montagnes ;
à ta menace, elles prennent la fuite,
effrayées par le tonnerre de ta voix.

Elles passent les montagnes, se ruent dans les vallées
vers le lieu que tu leur as préparé.
Tu leur imposes la limite à ne pas franchir :
qu’elles ne reviennent jamais couvrir la terre.

Dans les ravins tu fais jaillir des sources
et l’eau chemine aux creux des montagnes ;
elle abreuve les bêtes des champs :
l’âne sauvage y calme sa soif ;
les oiseaux séjournent près d’elle :
dans le feuillage on entend leurs cris

Psaume 103-II

Ils furent remplis du Saint-Esprit et voici qu’ils parlaient en toutes langues:
ils célébraient les splendeurs de Dieu, alléluia, alléluia!

De tes demeures tu abreuves les montagnes,
et la terre se rassasie du fruit de tes œuvres ;
tu fais pousser les prairies pour les troupeaux,
et les champs pour l’homme qui travaille.

De la terre il tire son pain :
le vin qui réjouit le cœur de l’homme,
l’huile qui adoucit son visage,
et le pain qui fortifie le cœur de l’homme.

Les arbres du Seigneur se rassasient,
les cèdres qu’il a plantés au Liban ;
c’est là que vient nicher le passereau,

et la cigogne a sa maison dans les cyprès ;
aux chamois, les hautes montagnes,
aux marmottes, l’abri des rochers.

Tu fis la lune qui marque les temps
et le soleil qui connaît l’heure de son coucher.
Tu fais descendre les ténèbres, la nuit vient :
les animaux dans la forêt s’éveillent ;
le lionceau rugit vers sa proie,
il réclame à Dieu sa nourriture.

Quand paraît le soleil, ils se retirent :
chacun gagne son repaire.
L’homme sort pour son ouvrage,
pour son travail, jusqu’au soir.

Psaume 103-III

Voici qu’apparurent des langues de feu, qui se posaient sur chacun d’eux.
L’Eglise chante la gloire de Dieu, alléluia, alléluia!

Quelle profusion dans tes œuvres, Seigneur ! +
Tout cela, ta sagesse l’a fait ; *
la terre s’emplit de tes biens.

Voici l’immensité de la mer,
son grouillement innombrable d’animaux grands et petits,
ses bateaux qui voyagent,
et Léviathan que tu fis pour qu’il serve à tes jeux.

Tous, ils comptent sur toi
pour recevoir leur nourriture au temps voulu.
Tu donnes : eux, ils ramassent ;
tu ouvres la main : ils sont comblés.

Tu caches ton visage : ils s’épouvantent ;
tu reprends leur souffle, ils expirent
et retournent à leur poussière.
Tu envoies ton souffle : ils sont créés ;
tu renouvelles la face de la terre.

Gloire au Seigneur à tout jamais !
Que Dieu se réjouisse en ses œuvres !
Il regarde la terre : elle tremble ;
il touche les montagnes : elles brûlent.

Je veux chanter au Seigneur tant que je vis ;
je veux jouer pour mon Dieu tant que je dure.
Que mon poème lui soit agréable ;
moi, je me réjouis dans le Seigneur.
Que les pécheurs disparaissent de la terre !
Que les impies n’existent plus !

Bénis le Seigneur, ô mon âme !

Lecture (Génèse 11, 1-9)

Lecture du livre de la Genèse

Toute la terre avait alors la même langue et les mêmes mots.
Au cours de leurs déplacements du côté de l’orient,
les hommes découvrirent une plaine en Mésopotamie,
et s’y établirent.
Ils se dirent l’un à l’autre :
« Allons ! fabriquons des briques et mettons-les à cuire ! »
Les briques leur servaient de pierres,
et le bitume, de mortier.
Ils dirent :
« Allons ! bâtissons-nous une ville,
avec une tour dont le sommet soit dans les cieux.
Faisons-nous un nom,
pour ne pas être disséminés sur toute la surface de la terre. »
Le Seigneur descendit pour voir la ville et la tour
que les hommes avaient bâties.
Et le Seigneur dit :
« Ils sont un seul peuple,
ils ont tous la même langue :
s’ils commencent ainsi,
rien ne les empêchera désormais
de faire tout ce qu’ils décideront.
Allons ! descendons, et là, embrouillons leur langue :
qu’ils ne se comprennent plus les uns les autres. »
De là, le Seigneur les dispersa
sur toute la surface de la terre.
Ils cessèrent donc de bâtir la ville.
C’est pourquoi on l’appela Babel,
car c’est là que le Seigneur embrouilla
la langue des habitants de toute la terre ;
et c’est de là qu’il les dispersa
sur toute la surface de la terre.

Repons

Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre et l’Esprit de Dieu planait sur les eaux !

1. L’Esprit de Dieu a inondé le cœur des disciples,
« Que les eaux soient fécondes’ d’une multitude de vivants ! »
« Remplissez la terre,’ et que votre parole retentisse ! »
Et Dieu vit que cela’ était bon.

2. L’Esprit descendit sur eux’ sous forme de langues de feu,
« Qu’il y ait des luminaires’ pour le jour et pour la nuit ! »
Les cieux proclament la Gloire de Dieu,
Et Dieu vit que cela’ était bon.

Oraison

Celui ou celle qui guide dit :

Nous t’en prions, Dieu tout puissant : accorde à ton Eglise d’être toujours ce peuple saint qui tient son unité de celle du Père, du Fils et du saint Esprit ; qu’elle soit pour le monde le sacrement de ta sainteté et de ton unité, et qu’elle te conduise à la plénitude de ta charité.
Par Jésus-Christ le Christ notre Seigneur
R/. Amen

Lecture (Ex 19, 3-8a.16-20b)

Lecture du livre de l’Exode

En ces jours-là,
Moïse monta vers Dieu.
Le Seigneur l’appela du haut de la montagne :
« Tu diras à la maison de Jacob,
et tu annonceras aux fils d’Israël :
“Vous avez vu ce que j’ai fait à l’Égypte,
comment je vous ai portés comme sur les ailes d’un aigle
et vous ai amenés jusqu’à moi.
Maintenant donc, si vous écoutez ma voix et gardez mon alliance,
vous serez mon domaine particulier parmi tous les peuples
car toute la terre m’appartient ;
mais vous, vous serez pour moi un royaume de prêtres, une nation sainte.”
Voilà ce que tu diras aux fils d’Israël. »
Moïse revint et convoqua les anciens du peuple,
il leur exposa tout ce que le Seigneur avait ordonné.
Le peuple tout entier répondit, unanime :
« Tout ce que le Seigneur a dit, nous le mettrons en pratique. »
Le troisième jour, dès le matin,
il y eut des coups de tonnerre, des éclairs,
une lourde nuée sur la montagne,
et une puissante sonnerie de cor ;
dans le camp, tout le peuple trembla.
Moïse fit sortir le peuple hors du camp, à la rencontre de Dieu,
et ils restèrent debout au pied de la montagne.
La montagne du Sinaï était toute fumante,
car le Seigneur y était descendu dans le feu ;
la fumée montait, comme la fumée d’une fournaise,
et toute la montagne tremblait violemment.
La sonnerie du cor était de plus en plus puissante.
Moïse parlait,
et la voix de Dieu lui répondait.
Le Seigneur descendit sur le sommet du Sinaï,
il appela Moïse sur le sommet de la montagne.

Repons

Envoie ton Esprit, Seigneur, et tout sera créé:
Tu renouvelleras la face de la terre !

1. Voici que je répandrai sur vous’ une eau pure
Je vous donnerai un cœur de chair,
Je mettrai en vous mon Esprit,
Vous serez mon peuple’ et Moi je serai votre Dieu.

3. Envoie, Seigneur, sur ton Église’ les dons de ton Esprit,
L’Esprit qui a rempli les Apôtres et les prophètes,
L’Esprit qui opère tout en tous’ dans la diversité,
Pour le bien du Corps tout entier.

Oraison

Celui ou celle qui guide dit :

Seigneur Dieu, dans les éclairs et le feu, sur la montagne du Sinaï, tu as donné à Moïse l’ancienne loi, et dans le feu de l’Esprit, au jour de la Pentecôte, tu as révélé l’alliance nouvelle ; accorde-nous de toujours bruler de cet Esprit dont tu as comblé tes Apôtres, et donne à l’Israël nouveau, rassemblé de toutes les nations, d’accueillir avec joie l’éternel commandement de ton amour.
Par Jésus le Christ, notre Seigneur.
R/. Amen

Lecture (Rm 8, 22-27)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

Frères,
nous le savons bien,
la création tout entière gémit,
elle passe par les douleurs d’un enfantement qui dure encore.
Et elle n’est pas seule.
Nous aussi, en nous-mêmes, nous gémissons ;
nous avons commencé à recevoir l’Esprit Saint,
mais nous attendons notre adoption
et la rédemption de notre corps.
Car nous avons été sauvés, mais c’est en espérance ;
voir ce qu’on espère, ce n’est plus espérer :
ce que l’on voit, comment peut-on l’espérer encore ?
Mais nous, qui espérons ce que nous ne voyons pas,
nous l’attendons avec persévérance.
Bien plus, l’Esprit Saint vient au secours de notre faiblesse,
car nous ne savons pas prier comme il faut.
L’Esprit lui-même intercède pour nous
par des gémissements inexprimables.
Et Dieu, qui scrute les cœurs,
connaît les intentions de l’Esprit
puisque c’est selon Dieu
que l’Esprit intercède pour les fidèles.

Proclamation de l’évangile (Jn 7, 37-39)


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 7, 37-39)

Au jour solennel où se terminait la fête des Tentes,
Jésus, debout, s’écria :
« Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi,
et qu’il boive,
celui qui croit en moi !
Comme dit l’Écriture :
De son cœur
couleront des fleuves d’eau vive. 
»
En disant cela, il parlait de l’Esprit Saint
qu’allaient recevoir ceux qui croiraient en lui.
En effet, il ne pouvait y avoir l’Esprit
puisque Jésus n’avait pas encore été glorifié. –

 Acclamons la Parole de Dieu.

Répons

Cantique de Marie

Mon âme exalte le Seigneur,
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !

Il s’est penché sur son humble servante ;
désormais, tous les âges me diront bienheureuse.

Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
Saint est son nom !

Son amour s’étend d’âge en âge
sur ceux qui le craignent ;

Déployant la force de son bras,
il disperse les superbes.

Il renverse les puissants de leurs trônes,
il élève les humbles.

Il comble de biens les affamés,
renvoie les riches les mains vides.

Il relève Israël, son serviteur,
il se souvient de son amour,

de la promesse faite à nos pères,
en faveur d’Abraham et de sa race, à jamais.

Prière litanique

Celui qui guide la prière dit :

En paix prions le Seigneur !
R/. Kyrie eleison, Kyrie eleison !

Seigneur, soit béni pour le don de l’Esprit ! Comme le sceau qui scelle l’Alliance, il atteste et révèle que la mort n’a pas le dernier mot ! Qu’il fasse de nous des témoins de ta victoire sur le mal dans nos relations les plus diverses !

Seigneur, soit béni pour le don de l’Esprit ! Comme l’eau, il emporte ce qui est souillé et vivifie. Que cette vie qui coule du côté du Christ jaillisse aussi de nos cœurs au profit de tous les assoiffés de justice !

Seigneur, soit béni pour le don de l’Esprit ! Comme une huile, il protège et pénètre en profondeur. Que cet hôte intérieur anime tous les hommes pour manifester les bienfaits de ton amour, particulièrement dans les situations d’exclusion en prison, à la rue, en isolement!

Seigneur, soit béni pour le don de l’Esprit ! Comme le feu, il embrase et purifie. Que notre assemblée renouvelée dans l’unité soit une offrande en prémices pour tous les peuples, et Jérusalem, en premier lieu !

Notre Père

Oraison

Celui ou celle qui guide dit :

Dieu éternel et tout-puissant, tu as voulu que le mystère de Pâques soit célébré pendant cinquante jours ; accorde aux nations dispersées dans le monde et marquées par la diversité des langues, d’être rassemblées par le don de l’Esprit Saint, dans l’unique proclamation de ton nom.
Par Jésus le Christ notre Seigneur.
R/. Amen.

Conclusion

Chant

Viens Esprit de sainteté, viens Esprit de lumière,
Viens Esprit de feu, viens nous embraser