« Le Christ, notre Pâque ! » (1 Cor 5,7)

Publications sur Articles d'actualité

« C’est le Christ qui nous a envoyés. Qu’il ait pitié de nous » : le discours d’ouverture de l’assemblée de la CEF à Lourdes le 3 novembre 2022

J’ai tenu à vous parler sous l’image de l’enfant qui pleure : elle nous avait réunis l’an passé, elle avait symbolisé les pas intérieurs et extérieurs que nous avions franchi ou que nous nous apprêtions à franchir encore. Une fois encore, il nous faut le regarder, cet enfant qui pleure. Nous devons constater qu’il y a même dans le corps épiscopal des hommes qui ont fait du mal.

La vocation de l’Eglise dans une société moderne

Ce texte est tiré du dernier livre du cardinal Cardinal Joseph de Kesel, Archevêque de Malines-Bruxelles. L’auteur fait le même pari que le pape François face aux phénomènes contemporains – déjà anciens – de la sécularisation, de l’indifférence religieuse et de l’affaiblissement institutionnel : ce n’est pas une culture de la confrontation ni par une tentative de revival d’un passé révolu que le christianisme peu retrouver de l’audience et des couleurs en Europe, sinon il risque de s’isoler et de se couper du monde. Le salut de la mission universelle de l’Eglise dépend plutôt de son aptitude à faciliter une culture de la rencontre et du dialogue avec tous ceux qui veulent humaniser la société moderne et refusent la marginalisation de la religion de la sphère publique. 

A propos de la Pentecôte

Le royaume de Dieu s’approche de nous, irradiation de la croix, du nouvel arbre de vie auquel la descente aux enfers, la résurrection et l’ascension donnent ses dimensions plénières : par la croix, le Seigneur vainqueur de la mort abolit toute séparation. Rien ne sépare plus Dieu et l’homme : dans cette grande unité, l’Esprit descend et la Pentecôte s’inaugure.